Historique
Rapide historique de Montgeron
Notre   commune,   postée   sur   un   éperon   du   plateau   de   Brie,   domine   les vallées de l’Yerres et de la Seine. MONTGERON AVANT   MONTGERON    Peu   de   traces   des   temps   anciens quelques   outils   du   Paléolithique   (vers   200.000   A.C.),   découverts   prés   du CES   Pompidou   ;   deux   mégalithes   (vers   2.000   A.C.   ?)   :   dolmen   au   Nouzet, menhir   à   la   Croix-au-Coq,   maintenant   disparus   ;   un   site   occupé   de   manière continue (de 800 A.C. à 300 P.C.) au Valdoly. LES   ORIGINES   MÉDIÉVALES       La   première   mention   sur   Montgeron   est de   1147   :   un   parchemin   de   l’abbaye   de   Saint-Maur   note   qu’elle   avait   une vigne    au    «    Mons    Gisonis    »    (d’où    Montgeron).    Cette    «    motte    »    de Montgeron   renvoie   peut-être   à   des   origines   militaires.   Rien   n’est   sûr.   Celles- ci   seraient   plutôt   rurales   et   routières.   Le   chemin   de   Paris   à   Sens   gravit   notre coteau    au    moins    dés    l’époque    romaine.    Il    fixe    au    bas    une    léproserie, devenue    l’    ermitage    Saint-Barthélemy.    Et    en    haut,    en    1189,    l’église paroissiale   Saint-Jacques,   face   au   château   (s’il   existait   déjà).   Trois   écarts remontent   à   cette   époque   :   le   moulin   de   Senlis,   prés   d’un   ancien   gué,   le hameau   de   Chalandray,   bientôt   doté   d’une   grosse   ferme,   «   la   maison   »   de Concy. LES   SEIGNEURS    Connus   à   partir   du   16 ème    siècle,   sont   le   plus   souvent   de grands   commis   de   l’   Etat.   Après   les   Budé,   proches   du   célèbre   helléniste Guillaume,   viennent   les   Brûlart.   L’un   d’eux   fût   chancelier   de   Henri   IV   et   de Louis   XIII.   Sous   Louis   XIV   et   Louis   XV,   les   Carré   édifièrent   un   nouveau château    à    la    Mansart    et    ouvrent    les    «    avenues    »    (La    Pelouse).    Leurs successeurs,    dont    Boulainvilliers,    embellissent    le    domaine    seigneurial. Datés   de   ce   moment,   la   Pelouse,   «   la   plus   belle   avenue   qui   se   puisse   voir dans   les   environs   de   Paris   »   et   le   parc   du   château   (=   le   lycée)   sont   de   grands espaces de nature au cœur de notre cité. UN   VILLAGE   BRIARD       Il   épouse   le   tracé   du   «   chemin   de   Bourgogne   ». Avec   un   tissu   serré   :   maisons   jointives,   parfois   groupées   autour   d’une   cour   ( Lion   d’Or,   Grand   Cerf)   ;   pénétré   de   quelques   ruelles.   Souvent   hautes   d’un étage,   elles   abritent   commerçants,   artisans,   vignerons.   Lesquels   font   valoir un   modeste   hectare   de   «   vignes   et   terres   ».   Les   maisons   champêtres   des Parisiens   de   la   bonne   société   (Le   Moustier,   Sainte   Thérèse,   Rottembourg), s’isolent    derrière    leurs    murs    :    Montgeron    fait    partie    de    la    banlieue aristocratique   de   Paris.   Par-delà   le   village,   le   terroir   associe   les   prés   de   la vallée   de   l’Yerres,   les   terres   de   culture   de   «   la   Plaine   »,   les   rangs   de   vigne des   coteaux   (Bare,   le   Nouzet).   La   vie   rurale   est   perturbée   par   les   chasses royales,   la   prolifération   du   gibier   ;   pour   les   plaisirs   des   Princes,   la   forêt   de Sénart a été quadrillée d’avenues et de fossés. LES   ÉPREUVES   N’ONT   PAS   MANQUÉ    Montgeron   est   proche   de   Paris, un    enjeu    convoité,    notamment    lors    de    la    Fronde.    En    1652,    les    Princes factieux    et    leurs    auxiliaires    étrangers    disputent    Villeneuve    aux    troupes royales   de   Turenne   qui   y   sont   enfermées.   Ils   n’ont   pas   épargné   Montgeron. L’épisode   révolutionnaire   fut   animé.   Des   clivages   se   marquèrent   entre   les tenants   de   la   tradition,   rangés   derrière   le   vieux   curé   et   les   «   patriotes   ».   Et l’ancien   vicaire   pousse   fort   avant   l’effort   de   déchristianisation.   Rivalités   et brutalité   en   découragent   plus   d’un.   Toutefois,   la   Révolution   a   changé   la condition    personnelle    des    Montgeronnais,    écarté    le    fléau    des    chasses, effectué   un   notable   transfert   des   biens   en   faveur   de   la   bourgeoisie,   suscité une vie politique locale. UN   BOURG   DU   SIÈCLE   DERNIER    Si   les   châtelains   ne   sont   plus   les seigneurs,   ils   gardent   assez   d’ascendant   pour   en   contrôler   la   mairie.   La circulation   routière   s’amplifie   :   cabarets,   auberges,   hôtelleries   l’animent. C’est   dans   l’une   d’elle   que   se   prépare,   en   1796,   l’attaque   du   Courrier   de Lyon.    Montgeron    s’étire,    devient    un    «    bourg-rue    ».    Le    général    de Rottembourg,   retiré   dans   le   domaine   qui   porte   toujours   son   nom,   ayant offert   à   la   commune   le   terrain,   le   centre   religieux   et   civique   est   déplacé   (vers 1860).   La   fonction   agricole   se   rétracte   ;   la   vigne   décline   ;   survivent   quelques grosses   exploitations.   Par   contre,   le   rôle   de   résidence   se   confirme   ;   c’est   le temps    de    la    villégiature    pour    la    bonne    bourgeoisie    et    pour    les    artistes (Carolus   Duran,   Paul   Flandrin,   et   brièvement   Claude   Monet).   Les   Lelièvre de   la   Grange   reconstruisent   «   à   l’italienne   »   le   château   seigneurial.   Les Flourens,   hommes   de   science   et   de   politique,   se   sont   installés   à   Chalandray, etc. C’est le Montgeron que décrit l’historien local Gatinot. LE TEMPS   DES   LOTISSEMENTS    La   proximité   de   Paris   (surtout   avec   le chemin   de   fer   depuis   1849),   l’agrément   du   site   expliquent   l’urbanisation.   Le mouvement,    lancé    vers    1860    (en    Blaignerie),    s’accélère    au    tournant    du siècle.    Le    premier    grand    domaine    loti    est    celui    de    Château-Frayé    (la Glacière).   Concy   et   la   Garenne   se   peuplent   aussi.   Cela   fait   quelque   4.000 habitants   vers   1914.   Entre   les   deux   guerres,   le   mouvement   va   bon   train. Aussi   bien   sur   le   plateau   (lotissement   Dumay-Delille)   que   sur   le   coteau   de l’Yerres   (Parc   du   Château   de   Chalandray).   L’arrivée   d’employés,   d’ouvriers, de cadres hausse la population à 10.000 habitants en 1939. UNE   VILLE   DE   LA   GRANDE   COURONNE    Après   la   Seconde   Guerre, la   croissance   reprend   et   la   quasi-totalité   du   territoire   communal   est   occupée. Le   pavillon   avec   jardinet   s’est   inséré   aisément   dans   le   parcellaire   laniéré   de la   vigne.   Les   grands   lotissements   ont   préféré   les   plus   amples   parcelles   des grandes   fermes   et   des   parcs.   Les   grands   collectifs   en   location   des   années 1955-75   ont   investi   les   derniers   grands   espaces   disponibles   (Gaston   Mangin, Prairie   de   l’Oly,   la   Forêt).   Enfin,   les   «   résidences   »,   en   copropriété   (Vénerie, Parc    des    Cascades)    et    les    «    hameaux    »    aux    maisons    individuelles normalisées (Résidence de l’Hermitage) sont des types récents d’habitats. Montgeron   est   donc   d’abord   résidentielle.   Cependant   le   rôle   de   passage n’est    pas    négligeable    (    TGV    Sud-est,    RN6).    Le    rôle    commercial    s’est consolidé   et   l’aire   de   chalandise   de   Montgeron   déborde   sur   les   communes voisines.    Le    rôle    éducatif    s’est    accru    avec    l’implantation    d’un    des    plus anciens     lycées     de     banlieue     (1946).     Les     équipements     sportifs,     les manifestations   culturelles   assurent   à   Montgeron,   qui   voit   depuis   1976,   sa population culminer à 22.000 habitants, un rayonnement certain. Michel CHANCELIER Société d’Histoire Locale